Et si autoriser la réutilisation d’une campagne de communication sur les enjeux sociétaux maximisait son impact ?

maximiser impact communication

La communication pour sensibiliser s’adresse à l’ensemble de la population. Elle tente d’informer ou encore faire évoluer les consciences et les comportements dans l’intérêt de tous. Ce type de campagne peut s’adresser aux collaborateurs d’une entreprise ou les agents d’une collectivité si elle est diffusée en interne, mais aussi aux administrés d’une région ou au grand public si elle est diffusée en externe. Pourtant aujourd’hui, la diffusion de ces campagnes n’est pas optimisée ce qui limite leur impact. Explications.

Que deviennent les campagnes de sensibilisation terminées ?

Une campagne de communication, qu’elle soit commerciale ou d’intérêt général suit toujours le
même cycle. Conception, diffusion, suppression, puis stockage dans les sous-sols. C’est imagé,
mais non loin de la réalité. Pour les campagnes commerciales cela parait presque logique puisque les messages sont uniques / personnalisés, et ont un objectif de permettre à l’acteur de se différencier. Mais quid de la communication qui vise à sensibiliser ?

Imaginons une campagne qui sensibilise au gaspillage de l’eau potable à Montpellier. Pourquoi, une fois la campagne de sensibilisation menée, celle-ci est elle stockée sur un disque dur et non accessible à d’autres acteurs souhaitant également sensibiliser sur l’eau potable?

Nous sommes malheureusement à l’heure de la communication jetable et le numérique n’a fait qu’accentuer ce phénomène de gaspillage, donc une communication qui n’est rentable ni pour le créateur, ni pour les diffuseurs, ni pour le payeur. N’est-ce pas paradoxale de vouloir sensibiliser sur les enjeux sociétaux et de gaspiller dans le même temps des dizaines d’heures de création ?
Chaque campagne de sensibilisation est aujourd’hui une perte pour une entreprise ou une collectivité, heureusement un nouveau modèle apparait.

La réutilisation des campagnes de sensibilisation rime avec maximisation de l’impact

Que faire de ces centaines de campagnes stockées et oubliées ? En un mot, le recyclage. C’est l’action de récupérer des déchets et de les réintroduire, après traitement, dans le cycle de production. À la fois un gain pour les entreprises et les collectivités, mais aussi pour la société puisque la réutilisation des campagnes signifie un impact maximum du message. Dans notre cas, il n’est pas question de réutiliser les supports (affiches, flyers…), mais seulement les visuels.

Concrètement, partager, réutiliser et recycler les campagnes permet de :
Toucher plus de monde du fait de sa multi diffusion par des acteurs très différents et en couvrant plus de territoires, un phénomène de viralité existe
Démultiplier un message d’intérêt général est aussi un moyen de faire évoluer les mentalités sur des sujets essentiels.

Le Programme des Nations Unies pour le Développement a défini 17 Objectifs de Développement Durable. De l’éradication de la faim aux initiatives en faveur de l’éducation, en passant par les énergies propres, il faut désormais que toutes les campagnes qui sensibilisent sur ces 17 sujets soient réutilisables. Il ne devrait jamais y avoir de phénomène de rétention quand il s’agit du bien commun.

La réutilisation : où en sommes-nous aujourd’hui ?

En 2014, dans le cadre de la semaine Européenne de la réduction des déchets, la Communauté de Communes du Pays de Lunel a mis en place la campagne « les agents très spéciaux » qui avait pour but de sensibiliser tous ses agents à la réduction des déchets et des dépenses énergétiques. L’opération testée à la médiathèque intercommunale a permis d’économiser près de 4000 euros. C’est alors qu’une boutique de Nature & Découverte a décidé de réutiliser cette campagne pour sensibiliser ses visiteurs à cette thématique. Ce recyclage a été rendu possible car, en accord avec la collectivité, l’agence a créé cette campagne en « libre de droits ».

Si aujourd’hui la réutilisation de campagne de sensibilisation entre collectivités, entreprises et autres acteurs n’est qu’un épiphénomène, c’est en partie à cause de ces « droits de propriété » qui existent sur chaque campagne créée par les agences. Il y a donc une double responsabilité. Celle des clients des agences qui se doivent de demander la création en « open share » pour favoriser l’impact de message. Et celle des agences qui peuvent proposer aussi cette démarche suivant les campagnes imaginées. Dans le cadre de la campagne des « Agents Très Spéciaux », la Communauté de Communes du Pays de Lunel a enregistré une baisse de la consommation électrique de 7 % et une baisse de la consommation d’eau de 18 %. Un exemple à suivre !

Elodie Foujols
Elodie Foujols
CEO ComForGood
Pictogramme Téléphone

Suivez-nous

Inscrivez-vous pour être
informé de la suite