Grands groupes : Pourquoi partager vos campagnes de communication d’intérêt général ?

grands groupes partage campagne communication

5000 salariés, ou avoir plus de 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires et plus de 2 milliards d’euros de total de bilan. Ce sont les conditions à remplir pour qu’une entreprise soit considérée comme un grand groupe. En France, on peut comptabiliser les entreprises du CAC 40, une partie du SBF 120, quelques grandes sociétés familiales et plusieurs ETI emblématiques du paysage économique national. Depuis la « directive RSE », les entreprises ont de nouvelles obligations, par exemple indiquer dans leur rapport annuel une série d’informations relatives à l’impact social et environnemental de leurs activités ainsi qu’à leurs performances sur ces questions.

Le rôle des grands groupes dans la communication de sensibilisation

Depuis 2004, la courbe de confiance des consommateurs français envers les grandes entreprises ne cesse de baisser. Ils sont près de 78% à attendre une action en faveur du développement durable de la part de ces dernières. C’est donc le bon moment pour s’impliquer encore un peu plus dans le développement durable pour les marques.

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est un concept qui tend à évaluer « la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable. » La sensibilisation, faite par les entreprises, en interne (auprès de leurs collaborateurs) et en externe (vis-à-vis du public, de leurs clients), rentre en compte. Les grandes entreprises produisent et diffusent des campagnes de sensibilisation tout au long de l’année sur des thématiques qui ne sont pas soumises à l’obsolescence. D’autres entreprises, plus petites, disposant de moins de moyens financiers et humains souhaitent, elles aussi s’engager sur ces sujets sociétaux. La question du partage de ces campagnes entre les entités se pose donc. Comment une PME de 40 personnes pourrait-elle bénéficier de la campagne de sensibilisation sur l’utilisation de l’eau déjà diffusée dans un building de La Défense ?

Et pour ceux qui pensent que la standardisation des campagnes nuit à leur impact, vous faites fausse route. Au contraire, un des critères d’efficacité d’une campagne est la répétition des messages. L’homogénéité de la communication d’un territoire à l’autre permet d’ancrer plus fortement les messages.

Pourquoi et comment partager des campagnes de sensibilisation pour les grands groupes ?

3 raisons de partager ses campagnes de sensibilisation

La première raison de ce partage est bien entendu la maximisation de l’impact de chacune des campagnes. En effet, la pression sur les ressources naturelles va s’accroître. Il faut préparer les populations à un changement des habitudes.
La deuxième raison c’est le rôle social de l’entreprise. Au-delà de la RSE, les entreprises peuvent se montrer solidaires vis-à-vis des TPE, PME et même des petits territoires qui n’ont pas les moyens de communiquer sur les thématiques d’intérêt général. Ainsi, elles contribuent directement à l’effort collectif pour l’efficience des dépenses publiques.
Enfin, la troisième raison c’est l’augmentation de la performance commerciale des entreprises. Les entreprises évaluées ISO 26000 sur la Responsabilité sociétale sont 13% plus performantes que les autres. D’après l’étude, cette approche responsable permet la détection de nouvelles opportunités, de fidéliser les collaborateurs autour d’un objectif commun et de donner du sens à l’action commune.

Comment partager sa campagne ?

On pourrait croire que c’est très simple. Et ça l’est ! À une seule condition que la campagne soit créée libre de droits. C’est-à-dire qu’elle peut être réutilisée, diffusée et partagée sans aucun problème. Comme peuvent déjà l’être certaines musiques, photos, illustrations ou autres. Aujourd’hui seuls ces droits empêchent le partage des campagnes entre les acteurs qui sensibilisent aux enjeux sociétaux.
Les entreprises doivent ensuite s’assurer que leur campagne ne sera pas dénaturée ou utiliser à mauvais escient. Pour cela, il est possible de passer par un tiers de confiance, ComForGood par exemple, qui fixe des droits d’utilisation stricts. Et si la personnalisation des campagnes est autorisée (logo, site web…), elle est limitée à certaines zones. Les fichiers sources ne sont jamais transmis dans les cas de partage, seule la réutilisation dans certaines conditions est autorisée. L’entreprise qui partage la campagne étant même explicitement citée sur les supports de communication, pour garder la paternité de la campagne. L’enjeu est vraiment de diffuser massivement des messages qui fonctionnent, tout en assurant la protection de la création !

Elodie Foujols
Elodie Foujols
CEO ComForGood
Pictogramme Téléphone

Suivez-nous

Inscrivez-vous pour être
informé de la suite