Développement Durable : Quels sont les 17 objectifs prioritaires selon l’ONU ?

développement durable onu

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. » Voilà ce que dit le rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’Organisation des Nations unies, autrement appelé rapport Brundtland, datant de 1987. C’est la première définition officielle de ce concept. L’ONU a depuis fixé 17 objectifs à atteindre pour un développement durable. Les campagnes de communication de sensibilisation doivent aujourd’hui permettre aux entreprises, aux collectivités et autres associations de s’engager sur ces objectifs de développement durable.

Pourquoi l’ONU a-t-il défini des objectifs de développement durable ?

Depuis janvier 2016, les Objectifs de Développement Durables (ODD) orientent les politiques et le financement du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et ce pour les 15 prochaines années.

Les activités que mène le PNUD dans plus de 170 pays lui confèrent une position et un poids unique pour contribuer à mettre en œuvre les objectifs fixés. Le plan stratégique est axé sur des domaines essentiels, dont la réduction de la pauvreté, la gouvernance démocratique et la consolidation de la paix, les changements climatiques et le risque de catastrophes naturelles, ainsi que les inégalités économiques.

Selon Achim Steiner, administrateur du PNUD, « l’Agenda offre une occasion unique de mettre le monde entier sur le chemin d’un développement plus prospère et durable. À bien des égards, il reflète ce pourquoi le PNUD a été créé. »

En reposant sur le partenariat et le pragmatisme, les ODD visent à faire dès maintenant les bons choix pour améliorer, de manière durable, le sort des générations futures. Ils proposent à chaque pays une marche à suivre et des cibles claires, en accord avec ses priorités et les défis écologiques globaux. Cela implique que les gouvernements, le secteur privé, la société civile et les citoyens travaillent ensemble.

Quels sont les 17 objectifs de développement durable de l’ONU ?

Éradiquer la pauvreté

Éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes reste un des plus grands défis auquel l’humanité doive faire face. Alors que le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté a diminué de plus de moitié – passant de 1,9 milliard en 1990, à 836 millions en 2015 – encore trop de personnes luttent toujours pour répondre aux besoins humains les plus élémentaires.

 « Zéro » faim

Ces vingt dernières années, la croissance économique rapide et une meilleure productivité agricole ont permis de diviser par près de deux le nombre de personnes sous-alimentées. De nombreux pays en développement sont maintenant à même de répondre aux besoins alimentaires des plus vulnérables. L’Asie centrale, l’Amérique latine et les Caraïbes ont accompli des progrès considérables en vue d’éradiquer la faim extrême.

Améliorer la santé

Depuis la création des Objectifs, des avancées historiques ont été réalisées en termes de réduction de la mortalité infantile, d’amélioration de la santé maternelle et de lutte contre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies. Depuis 1990, les décès infantiles évitables ont chuté de plus de 50 % à l’échelon mondial. La mortalité maternelle a également chuté de 45 %. Les nouvelles infections au VIH/sida ont diminué de 30 %, et plus de 6,2 millions de vies ont été sauvées grâce à la lutte contre le paludisme.

Éducation de qualité

Depuis 2000, des progrès considérables ont été accomplis en vue d’atteindre la cible d’éducation primaire universelle. Le taux de scolarisation global dans les régions en développement a atteint 91 % en 2015, et le nombre d’enfants non scolarisés au niveau mondial a chuté de presque moitié. On constate également une augmentation spectaculaire du taux d’alphabétisation, et le taux de scolarisation des filles n’a jamais été aussi élevé.

La parité

Autonomiser les femmes et promouvoir l’égalité entre les sexes est déterminant pour accélérer le développement durable. Mettre fin à toutes les formes de discrimination envers les femmes et les filles constitue un droit humain fondamental, qui se répercute positivement sur tous les autres domaines de développement. En 15 ans, la scolarisation des filles a progressé et la plupart des régions sont parvenues à une parité filles-garçons dans l’enseignement primaire. Les femmes représentent désormais 41 % des travailleurs rémunérés hors agriculture, contre 35 % en 1990.

Eau propre

La raréfaction de l’eau affecte plus de 40 % de la population mondiale, une proportion inquiétante qui risque de s’aggraver en raison de la hausse des températures mondiales due au changement climatique. Depuis 1990, 2,1 milliards de personnes supplémentaires bénéficient désormais d’un meilleur accès à l’eau et à l’assainissement. Cependant, l’épuisement des ressources en eau potable reste un problème majeur touchant tous les continents.

Energie propre et abordable

Entre 1990 et 2010, le nombre de personnes disposant de l’électricité a augmenté d’1,7 milliard. Cependant, une personne sur cinq est toujours privée d’électricité et comme la demande ne cesse d’augmenter, il convient d’accroître nettement la production d’énergie renouvelable dans le monde. On constate une volonté nouvelle d’encourager les énergies alternatives, et en 2011 celles-ci représentaient plus de 20 % de la consommation mondiale. Desservir chaque foyer en électricité à un coût abordable d’ici 2030 implique d’investir dans des sources d’énergie propre telle que l’énergie photovoltaïque, éolienne et géothermique.

Travail et croissance économique

Ces 25 dernières années, le nombre de travailleurs vivant dans l’extrême pauvreté a connu un déclin spectaculaire. Dans les pays en développement, la classe moyenne représente désormais plus de 34 % du total des personnes employées. Une proportion qui a presque triplé entre 1991 et 2015. Pourtant, alors que la reprise économique mondiale se poursuit, nous constatons un ralentissement de la croissance, un creusement des inégalités une augmentation de la population active plus rapide que celle des offres sur le marché de l’emploi.

Industrie et innovation

Investir durablement dans les infrastructures et l’innovation est un vecteur clé de croissance économique et de développement. Avec plus de la moitié de la population mondiale qui vit désormais dans les villes, les transports publics et les énergies renouvelables deviennent de plus en plus importants, de même que la croissance des nouvelles industries et des technologies de l’information et de la communication.

Inégalités réduites

Il est bien établi que les inégalités de revenus se creusent : 10 % des personnes les plus riches perçoivent près de 40 % du total des revenus mondiaux, tandis que les 10 % plus pauvres ne gagnent qu’entre 2 à 7 % du total des revenus mondiaux. Dans les pays en développement, les inégalités se sont creusées de 11 % en tenant compte de la croissance de la population.

Ville et urbanisation

Plus de la moitié de la population mondiale vit à présent dans les zones urbaines. D’ici 2050, cette proportion passera à 6,5 milliards de personnes. Les deux tiers de l’humanité. Le développement durable ne peut se faire sans transformer radicalement la façon dont nous construisons et gérons nos espaces urbains. En 1990, on comptait 10 mégalopoles d’au moins 10 millions d’habitants. En 2014, leur nombre est passé à 28, pour un total de 453 millions de personnes.

Consommation et production responsables

Parvenir à une croissance économique et à un développement durable exige que nous réduisions d’urgence notre empreinte écologique. Nous devons changer nos modes de production et de consommation des marchandises et des ressources. L’agriculture est le plus grand consommateur d’eau du monde. L’irrigation engloutit près de 70 % de toute l’eau douce propre à la consommation humaine.

Lutte contre le changement climatique

Tous les pays du monde sont témoins des graves répercussions du changement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre continuent à augmenter et ont plus que doublé depuis 1990. Les dommages annuels moyens causés par les séismes, tsunamis, tempêtes tropicales et inondations se chiffrent en centaines de milliards de dollars. Avec une dépense annuelle de 6 milliards de dollars par an affectés à la seule gestion des risques liés aux catastrophes. L’objectif vise à mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement. Et ainsi contribuer à atténuer les catastrophes naturelles liées au changement climatique.

Sauvegarde de vie aquatique

L’humanité dépend des océans. Plus de trois milliards de personnes doivent leur moyen d’existence à la biodiversité marine et côtière. On constate aujourd’hui que 30 % des stocks mondiaux de poisson sont surexploités. Bien en dessus des niveaux permettant d’obtenir un rendement constant. La pollution marine atteint des niveaux alarmants. Avec 13 000 morceaux de déchets plastiques présents sous chaque kilomètre carré d’océan.

Préservation de la vie terrestre

La forêt, qui couvre 30 % de la surface de la Terre, fournit un habitat vital pour des millions d’espèces. Une source saine et importante d’air et d’eau, et elle est également cruciale dans la lutte contre le changement climatique. Le taux de disparition des terres arables est 30 à 35 fois supérieur que par le passé. Sur 8 300 espèces d’animaux d’élevage connues, 8 % sont disparues et 22 % sont en voie d’extinction.

Paix et justice

Des niveaux élevés de violence armée et d’insécurité ont un effet destructeur sur le développement d’un pays. Cela freine la croissance économique et crée souvent des souffrances durables au sein de la population. En effet, les violences sexuelles et la criminalité sont également omniprésentes sur les lieux de conflits ou sans état de droit. Les nations doivent prendre des mesures pour protéger ceux qui sont le plus à risque.

Engagement de tous

L’aide publique au développement de la part des pays développés a augmenté de 66 % entre 2000 et 2014. Les crises humanitaires continuent à requérir des ressources financières et de l’aide humanitaire. De nombreux pays ont également besoin de l’aide publique au développement pour soutenir leur croissance et leur commerce. Seul un engagement fort, lié à des partenariats et une coopération au niveau mondial, peut permettre de réaliser les Objectifs de développement durable.

Elodie Foujols
Elodie Foujols
CEO ComForGood
Pictogramme Téléphone

Suivez-nous

Inscrivez-vous pour être
informé de la suite