Qui peut créer des campagnes de communication d’intérêt général ?

La communication d’intérêt général n’est pas l’apanage d’une seule typologie d’acteur. Dans les faits, tout le monde peut créer et diffuser une campagne de communication d’intérêt général.

Qu’il s’agisse d’acteurs privés comme des entreprises ou des fondations, ou bien qu’il s’agisse d’acteurs publics comme les régions ou les entreprises publiques, ces acteurs se positionnent aujourd’hui sur une double ambition : être toujours plus visible et mettre cette notoriété au service de causes sociétales.

 

Quel est le rôle des acteurs privés et publics face aux défis sociétaux ?

 

Le nombre de défis sociétaux ne fait que croître. De la difficile gestion des ressources naturelles, à la protection des populations les plus démunies, l’opinion publique doit être informé, alertée et sensibilisée.

Dans cette logique, les acteurs publics et privés ont un rôle prépondérant à jouer. Ils doivent à la fois respecter les réglementations, mais aussi et surtout jouer leur rôle de catalyseur et de facilitateur des changements sociétaux.

Pour comprendre au mieux l’intérêt de la communication responsable voici quelques exemples d’acteurs et de leurs actions d’intérêt général.

 

Qui sont les acteurs publics qui créent de la communication d’intérêt général ?

 

Les acteurs publics sont les acteurs de la vie publique dans la sphère administrative, institutionnelle, politique ou sociale. Les acteurs publics sont tous ceux qui, de près ou de loin, assument une mission en faveur d’une collectivité publique, de l’international au local. L’État délègue à des personnes, des associations ou des sociétés mixtes, à la fois publiques et privées, une gestion ou des missions : elles participent donc à l’action publique.

 

Par exemple, en France, on commence par la commune, le Maire et le Conseil municipal qui représentent le premier échelon des pouvoirs publics et le plus petit maillon de cette puissance publique territoriale qui se décline ensuite de manière diverse au niveau départemental, régional, national et supranational avec la particularité bien notable pour les Européens d’avoir un niveau institutionnel bien marqué avec l’Union européenne.

 

Les acteurs publics oeuvrent tous les jours à l’amélioration de la qualité de vie de tous. À la gestion des budgets et au maintien de la sécurité. Pour l’environnement ou les biens et les personnes.

 

À une époque où les comportements tendent vers l’individualisme, la communication d’intérêt général est un moyen de remettre l’individu dans un ensemble. Dans une collectivité dans laquelle si chacun fait des efforts tout le monde en tire les bénéfices.

 

L’exemple de la Communauté de Communes du Pays de Lunel

C’est ce qu’a mis en place la Communauté de Communes du Pays de Lunel au travers de sa campagne « les agents très spéciaux ». Elle avait pour but de sensibiliser tous ses agents à la réduction des déchets et des dépenses énergétiques. Leurs missions : faire des économies avec des gestes simples au quotidien sur le papier, l’eau, l’électricité et les déchets. Grâce à cette opération ludique, la collectivité prouve que les habitants ne sont pas les seuls mis à contribution pour lutter contre le gaspillage.

 

« Eteindre ? Quelle idée lumineuse ! » ou « Si tu veux être dans mes petits papiers, file les tiens ». Des slogans humoristiques pour une opération sérieuse. Côté papier et eau par exemple, la Communauté de Communes espérait réduire sa facture de 5%. L’opération « Les agents très spéciaux » a été testée en avant-première à la médiathèque intercommunale. 4000 euros ont été économisés avec des gestes simples. Des petites missions pour un grand changement et de grandes économies financières et environnementales.

 

Qui sont les acteurs privés qui créent de la communication d’intérêt général et pourquoi ?

 

Sous la dénomination d’acteurs privés, on retrouve toutes les entreprises privées, les organisations non gouvernementales et les associations. Si pour les organisations et les associations le rôle d’intérêt général parait logique de par leur nature, il n’est pas aussi simple pour les entreprises. La directive 2014/95/UE relative à la publication d’informations extra-financières par les entreprises, dite « directive RSE », introduit de nouvelles obligations pour les entreprises, par exemple indiquer dans leur rapport annuel une série d’informations relatives aux conséquences sociales et environnementales de leurs activités ainsi qu’à leurs performances sur ces questions.

 

Il est ici question de la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable.

 

La communication est donc un élément central de cette RSE. À la fois en interne, à destination des collaborateurs de l’entreprise, mais aussi en externe à destination de ses clients ou parties prenantes. Parfois les entreprises tentent des actions qui ont pour but de sensibiliser les deux cibles.

 

En 2012, La Camif a lancé une campagne pour rappeler aux consommateurs les bienfaits du made in France. On pouvait notamment y découvrir l’exemple d’un canapé avec ce slogan : « Un canapé qui a traversé la mer de Chine, l’océan Indien et l’Atlantique, ça en jette. Du CO2. Un canapé qui vient de Neuville-en-Ferrain, beaucoup moins. » La Camif explique aussi sur cette affiche qu’acheter ce canapé c’est soutenir l’activité d’une entreprise du Nord-Pas-de-Calais qui emploie 300 personnes. Et c’est décider d’avoir dans son salon un canapé qui contribue à préserver l’environnement en parcourant moins de kilomètres.

 

Et la performance ?

Au-delà de la perception positive de ses campagnes par l’opinion, agir pour l’intérêt général serait un levier de performance. Ce qui vaut à certaines entreprises des accusations de cynisme et de manipulation d’image. Selon France Stratégie, les entreprises évaluées ISO 26000 sur la Responsabilité sociétale sont 13% plus performantes que les autres. Cette approche permet la détection de nouvelles opportunités et augmente l’implication des collaborateurs.

 

Comme nous l’avons vu, que ce soit les acteurs publics, les entreprises, les associations tout le monde est légitime à l’heure de diffuser des messages de sens et d’accompagner les changements sociétaux.

 

La communication est un formidable outil qui peut permettre d’expliquer les enjeux et donner les clés d’actions. Plus il y aura d’entités qui créeront des campagnes de communication d’intérêt général. Plus les résultats seront rapides et massifs pour tendre vers un modèle de société plus responsable et conscient.

Elodie Foujols
Elodie Foujols
CEO ComForGood
Pictogramme Téléphone

Suivez-nous

Inscrivez-vous pour être
informé de la suite